Le chant de l’assassin de R.J. Ellory

Dès notre première rencontre, il y a trois ans, j’ai su que R.J. Ellory deviendrait un de mes auteurs préférés. Et son dernier roman, Le chant de l’assassin, me confirme mon amour pour sa plume qui est une pure merveille.

Résumé du roman Le chant de l’assassin

Tout le monde a un secret. 1972. En prison depuis plus de vingt ans, Evan Riggs n’a jamais connu sa fille, Sarah, confiée dès sa naissance à une famille adoptive. Le jour où son compagnon de cellule, un jeune musicien nommé Henry Quinn, est libéré, il lui demande de la retrouver. Mais lorsque Henry arrive à Calvary, au Texas, le frère de Riggs, shérif de la ville, lui affirme que la jeune femme a quitté la région depuis longtemps et que personne ne sait ce qu’elle est devenue. Malgré tout, Henry s’entête. Il a fait une promesse, il la tiendra. Il ignore qu’en réveillant ainsi les fantômes du passé, il va s’approcher d’un secret que les habitants de Calvary veulent dissimuler. À tout prix.

L’histoire d’une promesse qui sera tenue

Le chant de l’assassin est un roman sombre et empreint d’humanité. Un excellent cru de Sir Ellory qui trouve ses racines au cœur de l’étendue texane, de ses airs country et des relents de whisky.

Les codétenus Evan Riggs et Henry Quinn se ressemblent : deux oiseaux de nuit bercés par l’amour de la musique. Mais l’un ne reverra jamais la lumière. Et l’autre va « déplacer les pierres pour découvrir les serpents à sonnettes » afin de tenir sa promesse. Quel qu’en soit le prix.

Le chant de l’assassin illustre la magie « Ellory »

Comment parler autrement de ce roman ? C’est impossible, car l’auteur vous envoûte en quelques mots. Le rythme est doux, mélancolique et très immersif. Les pages se tournent toutes seules et vous restez éveillé.e pour ne pas quitter cet univers.

Le chant de l’assassin est une fresque familiale torturée où la rivalité fraternelle résonne comme une tragédie.

Je suis certaine que là où ils sont, William et Grace se demandent comment ils ont pu avoir deux fils aussi différent l’un de l’autre ? Et s’ils ont eux-mêmes leur part de responsabilité ou si ce n’est qu’un mauvais tour du destin ? Je vous en parle comme si je les connaissais intimement parce que c’est ce que m’a fait ressentir l’auteur tant la psychologie de ses personnages est travaillée.

Evan, Henry, les parents Riggs, Carson, Rebecca…tous sont authentiques, chacun avec ses propres failles. Et on les aime profondément qu’ils soient bons ou mauvais. C’est ça la magie Ellory : vous faire sentir toutes les blessures que la vie peut infliger.

Dans une alternance passé/présent, Le chant de l’assassin retrace l’itinéraire de la famille Riggs et les mauvaises décisions qui l’ont brisée. C’est ce que va découvrir Henry en cherchant la fille d’Evan, la destinataire d’une dernière lettre. Une dernière confession. Une dernière chanson d’amour.

R.J Ellory a mis toute son âme dans l’écriture de cet excellent et sublime roman noir. Et je n’ai qu’un regret après l’avoir refermé : celui de ne pas avoir pris le temps de le savourer encore plus.

 

J’ai eu la chance de pouvoir faire dédicacer mon exemplaire Sonatine par Sir Ellory himself !

Ma précédente lecture de R.J Ellory

Comments

  1. Pingback:#PartageTaVeille | 28/10/2019 – Les miscellanées d'Usva

Et vous, vous en pensez quoi ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :