Reflex de Maud Mayeras

Qui est le monstre ? Ce sont les mots qui me sont venus en refermant les pages de Reflex aux éditions Pocket. Une lecture à la mécanique implacable, qui m’a laissée le cul entre deux chaises, malgré son dénouement déroutant.

Si ce roman n’est pas déjà en train d’attendre sagement dans votre PAL, voici le petit TOPO : Iris fait partie de l’équipe de petites fourmis de la P.J, elle est photographe et ceux qui prennent la pose pour elle sont des cadavres. Iris la solitaire va être conduite à faire marche arrière et à retourner dans sa ville natale, celle qui a vu son fils mourir il y a une dizaine d’années. Le drame d’une mère ayant perdu son enfant assassiné est un fil conducteur lumineux.

Avec Reflex, nous accompagnons cette mère dans sa quête de vérité, à son retour aux sources, là où elle a abandonné ses cauchemars et sa mère, avec qui elle n’a jamais rien eu d’autre qu’une relation conflictuelle et emplie de haine. En parallèle, nous suivons l’histoire douloureuse d’une autre jeune femme un siècle plus tôt, juste après la première grande guerre, que ses parents vont abandonner au couvent suite à un viol.

… Je sais ce que vous vous dîtes, beaucoup de joyeusetés en perspective…

J’ai trouvé dommage que Maud Mayeras nous fasse remonter aussi loin dans le temps pour lier le passé au présent. Ce choix a conduit à beaucoup de longueurs dans la première partie de Reflex avant que ces deux itinéraires de vies finissent par se recouper. A partir de ce moment là, le roman prend un nouvel élan et les pages défilent.

Cette lecture était une première de Maud Mayeras pour moi, j’ai découvert avec Reflex un style d’écriture très particulier et immersif. Sa mécanique des mots m’a donné la sensation d’être au cœur même du thriller, de tout observer – un rythme rapide ponctué de phrases courtes et très descriptif.

J’ai été aussi un peu déçue des personnages principaux, j’ai trouvé qu’ils étaient bien à leur place mais leur personnalité pas assez exploitée :

  • l’étiquette de la solitaire mal aimée par sa mère colle à la peau d’Iris. Son métier qui aurait pu apporter un plus, n’est finalement qu’un simple accessoire « tape à l’œil »
  • Henry, le résultat d’une saga familiale bercée par le malheur dont le parcours est partiellement prévisible pour tous les lecteurs de thriller

Même si quelques indices sont semés par l’auteure ça et là, la fin est parfaitement inattendue. Sur ce coup là, chapeau Maud Mayeras pour la balade ! 🙂

Reflex m’a laissé un sentiment mitigé, un goût d’inachevé à cause des longueurs de certains passages qui ne semblent être que du remplissage et n’amènent rien de plus à l’intrigue. Ce fut néanmoins une bonne lecture grâce à l’écriture mordante de Maud Mayeras et à son scénario très travaillé.

Reflex est un roman sensoriel, je lirai avec plaisir Hématome et Lux quand l’occasion se présentera 🙂

3 Replies to “Reflex de Maud Mayeras”

  1. Je suis une grande fan de Maud Mayeras ! J’ai moins accroché avec Lux mais Hématome est top !

    1. Le prochain sera Hématome alors, je me fie à ton jugement 🙂

  2. Maud Mayeras, je suis fan !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :