Filles de Shanghai, Lisa See aux éditions J’ai Lu

Filles de Shanghai de Lisa See aux éditions J’ai Lu est une superbe découverte littéraire ! Je l’ai littéralement dévoré, Lisa See a su me toucher et me faire voyager avec ce roman historique, premier tome de la saga Pearl & May.

« Shanghai, 1937, Pearl & May sont deux sœurs fusionnelles et très différentes. Issues d’une famille traditionnelle bourgeoise, elles appartiennent à la jeunesse « moderne » de la cosmopolite Shanghai. Leurs vies va basculer, la veille de la guerre sino – japonaise, où leur père ruiné par le jeu, va organiser leurs mariages arrangés avec les fils de son créancier, le Vieux Louie établit aux Etats – Unis »


La voix de Pearl, l’aînée, nous raconte leur histoire. Depuis la fuite de Shanghai en guerre pour échapper à leur destin, aux atrocités de la guerre qu’elles ont du affronter avant de pouvoir rejoindre l’île d’Angel Island, barrière de l’immigration sur la côte ouest américaine. Les désillusions, les secrets, l’exclusion et la volonté de se reconstruire en terrain hostile sont les piliers de l’histoire de ces deux sœurs liées envers et contre tout(s).

Appart une fin de roman un peu abrupte, je ne trouve pas vraiment de défaut à cette lecture sans que ça soit un coup de cœur pour autant.

Les personnages, principaux et annexes, sont tous parfaitement exploités en cohérence avec la place que l’auteure a choisi de leur donner. Ils ont tous une dimension très réelle, impliqués et indispensables à la construction du roman avec leurs parcours personnels, leurs places dans la famille et dans l’expression de leurs sentiments. Petite attention particulièrement à l’attention de Vern, le Petit Mari, au second plan qui est extrêmement attachant.


J’ai beaucoup aimé découvrir l’écriture de Lisa See, simple et efficace, elle va droit au but et impose un rythme très addictif : à chaque page, je me suis sentie poussée vers la suivante pour savoir où elle me menait et ce qui allait advenir. Elle a su imposer un contexte historique bien renseigné sans plomber son roman. Exercice pas forcément évident avec tous les paramètres à prendre en compte : guerre sino-japonaise, contrôle de l’immigration américaine, rejet de la communauté chinoise dans le Los Angeles de l’époque.

Dans la section remerciement en fin de livre, on découvre l’ampleur du travail de recherche déployé par Lisa See pour agrémenter son roman d’une dimension historique le plus proche possible de la vérité, utilisation de personnages réels incluse.


Une saga familiale passionnante, une narration irréprochable et une implication de l’auteure palpable. Un roman qui commence 80 années en arrière et qui s’articule autour des thèmes toujours d’actualité de l’immigration de guerre et du racisme :  vous l’avez compris, Filles de Shanghai et Lisa See m’ont conquise.

 

Je ne suis pas nostalgique – simplement enceinte et sentimentale, parce que le passé n’est justement que cela : le passé. Mon foyer est ici, auprès de cette famille que j’ai construite sur le désastre et la ruine. Ma valise est déjà prête et m’attend, près de la porte de notre chambre. J’ai cinquante dollars dans mon sac à main pour les frais d’hôpital. Lorsque cet enfant naîtra, ce sera dans un monde où tout le monde est disposé à l’aimer.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :