Mudwoman de Joyce Carol Oates aux éditions Points

« Abandonnée par sa mère dans les marais des Adironbacks, Mudgirl est miraculeusement sauvée puis adoptée par un couple résolu à lui faire oublié son horrible histoire. Devenue Meredith Neukirchen, première femme présidente d’université, Mudwoman, brillante et irréprochable et se dévoue toute à sa carrière. Un voyage sur les lieux de sa naissance va faire resurgir les fantômes du passé »

J’ai découvert Madame Oates, il y a quelques années avec La Fille du Fossoyeur : lecture agréable mais qui ne m’a pas laissé un souvenir impérissable puis-qu’aujourd’hui je ne saurais même plus vous en parler. Joyce Carol Oates est un peu une prêtresse de la littérature et je me suis souvent dit que je devrais retenter le coup avec un autre de ses titres. Voilà, chose faite avec Mudwoman, ou presque car j’ai malheureusement fini par abandonner cette lecture …

Mais que s’est-il passé ? Le résumé est très accrocheur, pleins de promesses : une gamine qu’on retrouve à moitié morte dans la boue qui va connaitre une ascension sociale époustouflante : F A B U L E U X !!  Des larmes, de la douleur psychologique, un drame qui vous prend aux tripes en perspective. Je sais, je suis cynique désolée !

Bref, malgré tout ça, la mayonnaise ne prend pas et c’est pas faute d’avoir essayé : j’ai lu un petit peu plus de la moitié de ce roman. Je pense avoir su apprécier la qualité d’écriture de Joyce Carol Oates qui est indéniablement prenante et utilise des ingrédients qui me plaisent :

  • L’ascencion sociale d’une femme (mon coté féministe qui s’exprime)
  • Sa vie de femme à coté de sa carrière avec une histoire d’amour & son amant « secret »
  • Son passé compliqué

Mais au delà de ces composants de qualité, je trouve que Mudwoman manque cruellement de rythme, malgré l’alternance entre le passé et le présent.

Je n’ai pas saisi le fil conducteur du roman, ni entr’aperçu la raison de cette introspection de Madame la Présidente, M.R Neukirchen. Cela arrive surement par la suite mais mon ennui aura eu raison de mon envie d’en savoir plus.

Peut être trop d’attente de ma part pour cette lecture, une attente qui m’ a conduite à une déception. Dommage.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :