Les Suprêmes . Edward Kelsey Moore

Rendez-vous avec les éditions Babel/Actes Sud pour rejoindre un trio de quinqua’s décapantes qui nous livre ses aventures au sein d’une petite communauté afro-américaines au cœur de l’Indiana dans le Nord des Etats-Unis.

Odette, Clarice et Barbara Jean sont surnommées Les Suprêmes depuis leur rencontre dans les années 60, en hommage au célèbre groupe pop/soul de Diana Ross. Chacune a eu une naissance atypique et marquante pour les esprits : l’une est née dans un arbre, l’autre sur un canapé et la dernière dans un hôpital pour Blancs. C’est en toute logique  qu’elles se retrouvent unies comme les doigts de la main.

Elles ont connu le combat pour les droits civiques mené par Martin Luther King et ont suivi l’évolution de la société.

Nous les accompagnons dans leur quotidien : église et poulet frit le dimanche chez Earl, potins divers et variés, petits (et gros) tracas du quotidien. Le fil de leur vie se déroule illustré à travers les souvenirs communs ou individuels. L’auteur relate avec beaucoup de drôlerie et de tendresse les difficultés de l’existence : deuil, maladie, adultère.

Les trois quinqua’s sont extrêmement attachantes et très différentes :

Odette, la super copine qui n’a peur de rien, qui dit ce qu’elle pense et qui couve farouchement ses proches. Clarice, la fille de bonne famille qui se préoccupe trop des « on dit… » et qui ne sait plus comment s’y prendre avec son salaud de mari trop séduisant. Barbara Jean dont l’ascension sociale reste inégalée, qui fait face tant bien que mal à ses démons et à qui la vie n’a laissé aucun répit.

Mais comme dit l’adage : l’union fait la force. Odette, Clarice et Barbara Jean l’exploite autant que possible et se soutiennent envers et contre tout.

L’amour et l’amitié sont omniprésents au cœur même des mots de l’auteur et sont contagieux pour remplir notre cœur de bonheur, un peu de douceur dans ce monde de brutes!

Edward Kelsey Moore manie tous les éléments qu’on aime  : une atmosphère solidaire, des personnages hauts en couleur, des galères, du second degrés, du dramatique, des situations farfelues … En résulte un roman sans prétention et pourtant terriblement efficace,  j’ai eu le sourire au coin des lèvres de la première à la dernière page.

Les Suprêmes est réellement un roman -recette- de -survie face aux épreuves de la vie.

Un petit mot sur cette édition : elle présente une couverture simple et soignée qui m’a beaucoup plu. Mais je regrette le résumé de la quatrième couverture : il est très attractif pour un potentiel lecteur mais je trouve après lecture, que le texte aurait pu être travaillé différemment pour être plus cohérent avec le roman et en dévoiler moins.

Bref, Edward Kelsey Moore nous fait découvrir un premier roman rafraîchissant, poignant et qui fait du bien.

A consommer sans modération.

les-supremes

3 commentaires sur « Les Suprêmes . Edward Kelsey Moore »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s