Les Assassins . RJ Ellory

« Sur 18 000 meurtres par an aux Etats-Unis, seulement 200 sont le fait de tueurs en série ». Première lecture pour le challenge ABC Thriller dès le début de l’année et je n’ai pas perdu de temps.

Les Assassins, aux éditions Le Livre de Poche, étaient dans ma WL depuis quelques temps déjà et dans ma PAL depuis début décembre, ça a été long de tenir et de patienter jusqu’en 2017 !

Bref, nous voilà au cœur de la Grosse Pomme qui, comme d’habitude, subit son lot quotidien de méfaits et de crimes. Pas simple de retrouver les criminels au sein d’une population estimée (date approximative du récit) aux alentours de 8 250 000 habitants.

Et ça se corse, quand l’enquêteur d’une journaliste, spécialiste des faits divers, trouve un lien improbable à une série d’homicides qui ne serait l’oeuvre que d’un seul et même individu malgré l’absence de points communs dans le mode opératoire.

Un joli fouillis en perspective pour l’inspecteur Ray Irving et ses gars du commissariat n°4, une période électorale en supplément et c’est la cerise sur le gâteau.

L’auteur nous conduit dans une chasse à l’homme haletante, semée de fausses pistes et d’énigmes, avec un ennemi qui semble toujours avoir un coup d’avance. Les personnages sont bien exploités avec chacun ses forces et faiblesses, utiles et cohérentes au récit : Irving l’enquêteur légèrement névrosé, Langley la journaliste très agaçante et Costello l’encyclopédie vivante, aux tocs et manies indénombrables.

A un passage en particulier, je me suis imaginé Costello sous les traits de notre très cher Mentalist, Patrick Jane.

J’ai découvert l’écriture d’Ellory par ce roman et j’aime beaucoup. Les Assassins nous livre une enquête menée à une allure folle, bien construite et extrêmement (non, n’ayons pas peur des mots) bien documentée. Seul petit bémol à mon goût, certains passages du dernier tiers du livre donnent une sensation de « remplissage »mais n’entachent pas le dénouement.

On mélange bien tout ça, on rajoute un soupçon d’ironie et de comparaisons saugrenues pour obtenir un thriller qui vaut le détour, où le doute et le suspense persistent jusqu’à la fin.

En conclusion, Ellory nous livre une note très pertinente pour étayer les noms et faits utilisés pour la rédaction des Assassins et l’élaboration de son enquête; les informations qu’il nous livre  font froid dans le dos….

Grande amatrice des émissions de faits divers, ayant écumé toutes les déclinaisons possibles (de Pierre Bellemare à Ces crimes qui ont choqués le monde, en passant par les Chroniques Criminelles …), j’ai tout simplement adoré Les Assassins 🙂

les-assassins

Un commentaire sur « Les Assassins . RJ Ellory »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s