Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur . Harper Lee

 

Ma première Chronique, un classique de la littérature américaine : Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, d’Harper Lee aux éditions le Livre de Poche.Sa première publication a eu lieu en 1960 & l’année suivante Harper Lee a obtenu le Prix Pultizer pour son roman.

L’intrigue se déroule dans les années 30, au moment de la grande dépression après le Krach de 1929 dans l’état de l’Alabama. La narratrice est une petite fille  » Scout  » de son doux surnom, accompagnée dans toutes ses aventures de son frère  » Jem « .

Ils sont élevés par leur père, Atticus, avocat de sa fonction, soutenu par Calpurnia, la bonne. Un jour Atticus est désigné comme avocat commis d’office pour défendre un homme noir dans un procès pour viol sur une femme blanche.

L’analyse du procès est faite par les enfants, elle souligne le regard pragmatique, et très 1°, qu’ils portent sur le monde qui les entoure. Harper Lee montre du doigt le contexte émotionnel compliqué à gérer pour les individus qui tentent de changer les mentalités à cette époque dans une société profondément ségrégationniste : la difficulté de faire face aux préjugés, les clivages au sein d’une même communauté, la force de conviction de certains et l’appréciation des notions de justice / injustice.

La plume d’Harper Lee est très fluide et agréable à lire. J’ai ressenti beaucoup de tendresse et d’ironie à travers les yeux de Scout. Une petite phrase que j’ai retenu de notre héroïne en salopette :

 » Mais si je me battais avec Cecil, je décevrais Atticus. Il nous demandait si rarement une faveur que je pouvais bien me faire traiter de poule mouillée pour lui »

J’ai beaucoup aimé le thème abordé par Harper Lee dans cette lecture qui est une critique constructive de l’Histoire américaine et des incohérences au sein de cette société à cette époque. Dans les dernières pages, on comprend à travers un débat entre Scout et son institutrice ces incohérences quand celles ci démontrent que les Etats-Unis prônent leur modèle de démocratie, où la ségrégation raciale gangrène le pays, en dénonçant la dictature Allemande (arrivée d’Hitler au pouvoir) où l’extermination des Juifs commence.

55 ans plus tard, Harper Lee a publié une suite  » Va & poste une sentinelle »

4 Replies to “Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur . Harper Lee”

  1. Belle analyse, fine et pertinente, mais ce n’est que mon avis….

  2. Eh bien, je n’ai pas accroché à ce roman… Je ne l’ai pas détesté, non, j’ai beaucoup aimé le procès, très fort. Mais, cette petite fille m’est apparue totalement étrangère, je n’ai rien ressenti pour elle 🙁

  3. Comme quoi d’une personne à l’autre la perception change. Cependant pour sa suite, je suis un peu plus mesurée, je la lirai très certainement car j’ai beaucoup aimé l’écriture de l’auteure mais le fait que Scout ai grandit me freine un peu … 🙁

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :